Présidentielle au Sénégal : un premier groupe de 28 observateurs déployé par l’UE

auteur: mayar.m

Un premier groupe de “28 observateurs de longue durée” a été déployé depuis dimanche au Sénégal, en perspective de la présidentielle du 24 février prochain, a annoncé la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) à Dakar.

“Au total, quelques 100 observateurs issus de 21 Etats membres de l’UE ainsi que de la Norvège, de la Suisse et du Canada seront présents pour l’élection présidentielle le 24 février”, selon un communiqué de la Mission d’observation de l’UE.

“Ces 28 observateurs dits +de longue durée+ assureront le suivi de la phase pré-électorale et de la campagne électorale, de la distribution des cartes d’électeur, des préparatifs et du déroulement du scrutin, ainsi que la compilation des résultats au niveau local”, précise la même source, ajoutant qu”ils seront renforcés une semaine avant le vote par 56 autres observateurs dits de courte durée, ainsi que par des diplomates de l’Union européenne en poste à Dakar”, pour un total d’une “centaine d’observateurs sur le terrain”, le 24 février.

La MOE de l’UE précise être présente au Sénégal “en accord avec le Gouvernement sénégalais pour l’observation de l’élection présidentielle.  C’est la deuxième fois que l’UE mandate une mission d’observation électorale au Sénégal, après celle de la présidentielle de 2012”.

Citée dans le communiqué, Elena Valenciano, membre du Parlement européen et cheffe de mission, a invité “tous les acteurs du scrutin à s’inscrire dans les acquis démocratiques du Sénégal”, qui, a-t-elle dit, “possède une  pratique républicaine bien ancrée avec des alternances pacifiques, y compris à la tête de l’Etat”.

“Nous encourageons tous les acteurs du scrutin à s’inscrire dans ces acquis démocratiques”, a-t-elle relevé.

La MOE de l’UE a pour mandat d’effectuer “une évaluation approfondie, impartiale et à long terme du processus électoral au regard des normes  internationales pour des élections démocratiques”, relève le communiqué, notant que les observateurs de l’UE “évalueront le processus électoral  conformément au cadre juridique sénégalais et aux obligations régionales et internationales du pays”.

“Deux jours après le scrutin, la MOE UE présentera publiquement dans une conférence de presse ses premières observations et conclusions sur le processus”, précise-t-on de même source, indiquant que “le rapport final de la MOE UE sera présenté aux autorités et au public quelques semaines après la proclamation des résultats définitifs”.

Le Conseil constitutionnel du Sénégal a publié dimanche dernier la liste définitive des cinq candidats à l’élection présidentielle. Il s’agit du président sortant Macky Sall, au pouvoir depuis 2012, l’ex-inspecteur des impôts Ousmane Sonko, l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, le professeur Issa Sall et l’avocat Madické Niang.

Le Conseil constitutionnel a confirmé l’invalidation des candidatures de Khalifa Ababacar Sall, l’ancien maire de Dakar dont la Cour suprême a récemment confirmé la condamnation en appel à cinq ans de prison pour  “escroquerie”, et Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, condamné pour “enrichissement illicite” et en exil à Doha (Qatar).