La répartition des hadjis en groupe lors du rite de lapidation de Satan limite les bousculades

auteur: khaled houas

Le membre de la commission de la fatwa de la mission algérienne de hadj à la Mecque (Arabie Saoudite), Moussa Ismail, a affirmé samedi que l’introduction du système de répartition des pèlerins en groupe lors du rite de lapidation de Satan adopté l’année dernière “permettra de limiter les bousculades lors de lapidation et durant les jours de Tachriq ce qui assure la sécurité des hadjis”.

Dans une déclaration à l’APS, M. Ismaïl a insisté sur “le respect de la jurisprudence par les hadjis algériens lors de la lapidation de Satan en évitant tout ce qui pourrait porter atteinte aux rites du hadj”.

Pour ce qui du problème jurisprudentiel évoqué par les pèlerins qui devraient aller directement à Arafat sans pouvoir passer la nuit à Mina, le membre de la commission de la fatwa a indiqué qu’il s’agissait d’une mesure purement organisationnelle d’autant que les autorités saoudiennes ne permettent pas aux bus de s’arrêter à Mina.

Il a appelé, par ailleurs, les hadjis à “l’impératif de respecter les orientations présentées par les imams et les guides relevant de la mission algérienne”.

Pour sa part, le membre de la commission de la fatwa, Lakhmissi Bezzaz, a expliqué que le rite de lapidation de Satan commençait après l’arrivée des Hadji à Mina en venant de Arafat, passant par Mouzdalifa.

La mission, a-t-il poursuivi, veille a ce que les pèlerins respectent les horaires réservés à ce rite en vue de préserver l’ordre public mais aussi pour la sécurité des hadjis”.