L’organisation de la Présidentielle avant la fin de l’année s’inscrit en droite ligne des dispositions de la Constitution

Le parti de l’Alliance nationale républicaine (ANR) a affirmé, samedi Alger, que l’organisation de l’élection présidentielle avant la fin de l’année en cours “s’inscrit en droite ligne des dispositions constitutionnelles et réglementaires fixées” pour cette échéance qui fait l’objet d’un “consensus clair”.

“L’ANR réitère sa conviction que la fin de cette année (le mois de décembre) était un délai raisonnable et acceptable, voire nécessaire pour la tenue du scrutin présidentiel conformément aux  dispositions constitutionnelles et réglementaires”, a déclaré le Secrétaire général du parti lors d’un point de presse qui a suivi la conférence nationale des bureaux de wilayas.

Affirmant que la tenue de cette élection “faisait désormais l’objet d’un consensus clair de la part de la majorité des Algériens et Algériennes, qui rejettent toutes les démarches et propositions douteuses tendant à faire perdurer la crise”, le SG de l’ANR a appelé toutes les catégories de la société à “prendre la mesure de la difficulté de la situation actuelle et des risques réels que l’Institution militaire n’a de cesse souligner partant des informations avérées et crédibles qu’elle détient et de sa connaissance minutieuse des données et véritables dimensions de la crise”.

M. Sahli a tenu, à cette occasion, à rappeler que l’ANR “a été et demeurera attachée à la solution constitutionnelle et électorale, accompagnée de mesures garantissant la transparence et la régularité pour gagner la confiance de l’opinion publique nationale”, estimant que cette vision “stratégique” a permis a son parti d’être partie prenante dans toutes les démarches de dialogue, tant avec les institutions de l’Etat qu’avec le reste des partenaires politiques”.

Il a salué, dans ce sens, le processus de dialogue favorisé par la nouvelle approche du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, et “qui est en adéquation avec la position constante, exprimée par le parti depuis le début de la crise politique, en faveur d’un dialogue inclusif et sérieux comme seule voie pour dépasser les complications de la conjoncture”.

Rendant hommage à l’Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), pour “la grande responsabilité historique qu’elle assume”, le premier responsable de l’ANR a réitéré son engagement à œuvrer, à travers son groupe parlementaire, à la consolidation et à l’enrichissement des conclusions de cette instance.

“L’ANR s’attèle à la concrétisation du plus grand consensus national possible en dépit des tentatives d’exclusion, injustifiées, inutiles et irréalistes”, a déclaré M. Sahli.

Après avoir salué le rôle “national et historique” que l’Institution de l’Armée nationale populaire (ANP) a tenu à assumer “en concrétisation de ses prérogatives constitutionnelles, conformément à son appartenance Novembriste et son caractère républicain et partant de son attachement à satisfaire toutes les revendications légitimes du Hirak populaire”, le SG de l’ANR s’est félicité des propositions “constructives et responsables émanant du Haut Commandement de l’Armée pour accélérer la mise en place d’une Instance nationale indépendante des élections et engager sérieusement la préparation de l’échéance présidentielle”.