Boukadoum examine avec son homologue irakien le renforcement des relations

Le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum a examiné, jeudi à Alger, avec son homologue irakien Mohamed Ali El Hakim, les voies et moyens de renforcement des relations entre l’Algérie et l’Irak dans tous les domaines.

Dans une déclaration à l’APS à l’issue des entretiens entre les deux parties, M. Boukadoum a précisé qu’il a évoqué avec son homologue irakien plusieurs questions bilatérales, suite à quoi “nous avons décidé de donner une nouvelle dynamique aux relations entre l’Algérie et l’Irak dans tous les domaines”, affirmant l’existence “d’une convergence de vues entre les deux parties”.

Soulignant, à cette occasion, “la force unifié de l’Irak au double plan économique et politique”, le ministre a fait savoir que les entretiens ont porté sur l’échange de vues sur nombre de questions relatives à la région arabe et d’autres internationales.

“Nous prévoyons une coordination d’action entre l’Algérie et l’Irak notamment au niveau de la Ligue Arabe et les Nations Unies”, a-t-il soutenu.

Plus tôt, le ministre des Affaires étrangères a salué la position du ministre irakien qu’il a qualifié d'”éminent diplomate arabe et dans le monde actuellement”, indiquant qu’il connait son travail, le suit dans plusieurs fora internationaux et écoute ses analyses et ses avis concernant les questions internationales notamment en cette conjoncture marquée par les nouveaux défis qui s’accumulant avec ceux dans le Moyen Orient y compris la question palestinienne.

Pour sa part, le ministre irakien a affirmé que la question du renforcement des relations entre son pays et l’Algérie “est devenue un point important et que notre venue en Algérie se veut un hommage à la position de l’Algérie dans les fora arabes et internationaux”.

“Nous avons dit au ministre que la partie irakienne qui se rétablit en force tend la main à la puissance qui se trouve au Maghreb arabe”, a-t-il ajouté, faisant part de la volonté de son pays de “reconstruire” les relations avec l’Algérie sous la forme d'”une commission conjointe composée des ministères concernés” en vue de “renforcer l’économie commune, les relations sociales, l’aspect sécuritaire et de renseignement outre les échanges dans des domaines communs et les foras internationaux”.

Le chef de la diplomatie irakienne a estimé qu'”il existe plusieurs questions communes que nous allons œuvrer à consolider de concert”, soulignant que les deux parties “ont amorcé la mise en place de plans en prévision d’une réunion d’experts pour examiner les problèmes, régler les questions sur la table et signer les mémorandums d’entente en vue d’entamer l’action commune entre l’Algérie et l’Irak”.

Le ministre des Affaires étrangères irakien a entamé jeudi une visite de travail en Algérie.