Présidentielle : la préservation des acquis de la révolution priorité des Tunisiens

Les Tunisiens suivent la campagne électorale pour la présidentielle en Tunisie prévue dimanche 15 septembre tout en gardant leur rythme de vie et vaquaient à leurs préoccupations quotidienne, espérant au fond d’eux que le scrutin sera couronné par “un président à la hauteur de la responsabilité et de leurs aspirations”.

La situation et les années vécues sous l’ère de l’ex-président déchu Benali sont encore vivaces dans la mémoire collective et individuelle et ne sont pas prêts d’êtres effacés de sitôt surtout, indique-t-on parmi les jeunes tunisiens, que le grand changement dans le pays a été “le fruit d’une révolution populaire”.

La nécessite de préserver les acquis de la révolution du jasmin en 2011 par le futur président est le souhait de tous les Tunisiens interrogés l’APS, à trois jours du scrutin présidentiel.

“Ca m’importe peu le nom du futur président et encore moins son parti politique. Ce qui m’intéresse le plus c’est de préserver les acquis de la révolution arrachés chèrement par les Tunisiens”, dira Moncef, jeune enseignant, apostrophé sur une terrasse d’une cafétéria sur le boulevard Bourguiba, en plein Tunis.

Par les acquis de la révolution, le jeune Moncef entend, la liberté de la parole et d’agir, la démocratie, la justice, l’égalité entre les hommes et les femmes, les libertés syndicales.

Tout comme Moncef, son ami Redouane, ingénieur de son état, conçoit le scrutin de dimanche comme étant un enjeu collectif plus qu’il en est individuel.

“Nous voulons certes que le futur président ait un programme économique capable de redresser l’économie de la Tunisie et d’assurer une vie meilleure pour les Tunisiens. Mais ce qui m’intéresse en premier, c’est que le prochain président ne touche pas aux acquis de la révolution et qu’il continue la rupture avec le système du président déchu”, a-t-il déclaré, affirmant qu’il n’a assisté à aucun meeting des candidats en lice, préférant suivre la campagne uniquement à travers les médias et les réseaux sociaux.

Une campagne suivie à travers les meetings, médias et réseaux sociaux

Ces supports de communication semblent constituer le moyen privilégié des Tunisiens pour suivre la campagne électorale et les programmes des candidats.

L’initiative des débats télévisés, entre les 26 candidats, prise pour la première fois en Tunisie, a incité beaucoup de Tunisiens à s’y intéresser.

“Je ne vais pas aux meetings des candidats ni aux permanences des partis. Je suis la campagne à travers les médias”, a confié pour sa part Saliha, une quadragénaire, interrogée à la place de la Casbah.

“Je ne connais que peu des programmes des candidats. Mais je souhaite que la victoire finale reviendra au candidat pour lequel je vais voter…”, a-t-elle dit, soulignant qu’elle “ne croit pas trop au changement et aux programmes des politiques”.

La campagne électorale pour la présidentielle dont la journée de vendredi est son dernier jour porte aussi en elle,  s’accordent à dire des Tunisiens, “un facteur repoussant et dépassionnant”.

Il s’agit du nombre impressionnant des candidats, à savoir 26. “Il y a trop de candidats. Se souvenir de leurs noms tous est déjà un exploit en soit”, a souligné, de son côté, Hassan, gérant d’un cyber café.


Lire aussi : Présidentielle en Tunisie : début du scrutin pour la communauté à l’étranger


L’intérêt modéré des Tunisiens pour la campagne électorale est traduit également par l’absence des discours autour de la thématique dans les cafétérias et les lieux publics. C’est en effet quasiment rare d’entendre la thématique des élections abordées en ces endroits.

La poursuite du programme des galas en plein centre du Tunis renseigne aussi sur l’intérêt tempéré des Tunisiens à l’égard de la campagne électoral.

Les spectacles drainent beaucoup de monde qui se laisse emporter par des airs et musiques entonnés  par des chanteurs et musiciens venus de divers pays.

Spectacles de musique sont programmés, apprend-t-on sur place, pour les touristes qui se trouvent en nombre en Tunisie, et ce, en été comme en hiver. Les revenus du tourisme constituent une part importante du PIB tunisien.

A la fin de la campagne électorale, les affiches et posters des candidats étaient toujours visibles sur les espaces réservés à cette fin. Ils sont notamment brandis soit sur des supports publicitaires ou sur des mures des bâtisses des partisans ou sympathisants des candidats.

La tenue de la présidentielle en Tunisie dans les délais est aussi une victoire pour la démocratie naissante en Tunisie. “Quelle se déroule dans un climat serein et dans une ambiance compétitive entre les candidats est déjà un exploit”, s’en réjouissent beaucoup de Tunisiens rencontrés au dernier jour de la campagne électorale.